Régis Juanico

Député de la Loire

Pour un véritable ascenseur social : mon amendement voté pour des quotas de boursiers dans les classes préparatoires aux grandes écoles

Mercredi 13 décembre, j’ai défendu, au nom du Groupe Nouvelle Gauche, à l’Assemblée nationale, un amendement adopté à l’unanimité, fixant un pourcentage minimal de bacheliers boursiers dans les filières sélectives : BTS, IUT, grandes écoles et leurs classes préparatoires, établissements recrutant sur concours, dont ceux de la fonction publique, etc.

L’objectif consiste à garantir la diversité sociale dans la composition des classes préparatoires aux grandes écoles et autres établissements sélectionnant leur entrée. En effet, dans les grandes écoles notamment, le recrutement reste élitiste et le pourcentage de bacheliers boursiers est en moyenne de 10 points inférieur à celui de que l’on retrouve à l’Université. L’adoption d’une telle mesure est de nature à renforcer la mixité sociale.

L’autorité académique fixera un pourcentage minimal de bacheliers retenus bénéficiaires d’une bourse nationale de lycée, ainsi que les modalités permettant de garantir la cohérence entre les acquis de la formation antérieure du candidat et les caractéristiques de la formation demandée.

Dans la foulée, j’ai été désigné membre d’une nouvelle mission d’information parlementaire de la Commission des Affaires culturelles et de l’Education sur « l’école dans la société du numérique ». Celle-ci, présidée par le Député LREM Bruno STUDER, se réunira pour la première fois le 17 janvier prochain.

Amendement n°113 by Régis Juanico on Scribd

Paris, 13 déc 2017 (AFP) – L’Assemblée nationale s’est prononcée mercredi à l’unanimité en faveur de la fixation d’un pourcentage minimal de boursiers dans les filières sélectives, dont les classes préparatoires aux grandes écoles, dans le but de favoriser la mixité sociale.

Via un amendement Nouvelle Gauche au projet de loi « relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants », voté par 60 députés (aucune voix contre), l’Assemblée a prévu que « l’autorité académique » fixe « un pourcentage minimal » de bacheliers bénéficiaires d’une bourse au lycée pour leur reconnaître un droit à « l’accès aux filières sélectives, notamment les classes préparatoires aux grandes écoles ».

En défendant l’amendement, le socialiste Régis Juanico a pointé la « forte reproduction sociale » dans le système éducatif français, avec « seulement 6% d’élèves issus de la classe ouvrière » dans ces filières, même si le taux de boursiers a déjà évolué.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a émis un avis de sagesse, saluant notamment « le travail qui a déjà été fait par nombre de filières sélectives », tandis que le rapporteur Gabriel Attal (LREM) s’est dit favorable à une mesure visant à « favoriser une plus grande démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur ».

Tout en réaffirmant sa franche opposition à la réforme de l’accès à l’université dans son ensemble, le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon a aussi apporté son appui. « Se priver des compétences et des capacités d’une partie de la jeunesse en raison de son origine sociale est un gâchis terrible pour le pays », a-t-il souligné, estimant que les « élites sociales » doivent ressembler au pays, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui à ses yeux.

La communiste Marie-George Buffet a aussi plaidé pour « favoriser l’ascenseur social », face au constat que l’école « reproduit les inégalités sociales », jugeant l’amendement « tout à fait le bienvenu », LR saluant « une démarche plus qu’intéressante ».

Au nom de LREM, Anne Brugnera s’est dite « tout à fait favorable à l’instauration de ce pourcentage minimal de boursiers », Cecile Rilhac soulignant que la disposition, allant dans le « très, très bon sens », « fait l’unanimité ».

Les députés avaient auparavant adopté, avec l’aval du gouvernement, un autre amendement LREM pour fixer de façon obligatoire, et non plus comme simple possibilité, un minimum de boursiers et un maximum de bacheliers d’une autre académie dans les filières tendues, pour « garantir la mixité sociale et géographique ».

D’autres amendement LREM ont aussi été adoptés pour faciliter l’admission des candidats qui résident à l’étranger, ou publier les codes sources de la plateforme Parcoursup.

Le FN s’est par ailleurs attiré de sévères critiques en défendant un amendement visant à réserver l’accès à l’enseignement supérieur « aux bacheliers de nationalité française ». Plusieurs députés, dont Jean-Luc Mélenchon, y ont vu une « provocation grossière ».

Les députés votent « un droit à l’accès » aux classes préparatoires pour les boursiers

Un amendement allant dans ce sens a été adopté à l’unanimité, ce mercredi, durant le débat à l’Assemblée sur le projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants.

Dans le cadre de la discussion du , examiné ce mercredi en à l’Assemblée, les députés ont adopté à l’unanimité (par 60 voix sur 61 votants) qui « fixe un pourcentage minimal de bacheliers retenus bénéficiaires d’une bourse nationale de lycée » pour certaines formations, notamment les classes préparatoires aux grandes écoles. L’amendement était défendu par le groupe Nouvelle Gauche au nom d’ « un droit à l’accès aux filières…

Lire la suite…

Coup d’envoi des débats sur la réforme de l’accès à l’université à l’Assemblée

L’Assemblée a lancé mardi les débats sur les nouvelles règles d’accès à l’université, une «réforme de progrès», selon le gouvernement, mais qui «manque de souffle» pour la droite et revient à instaurer une «sélection» pour la gauche.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a défendu un «objectif très simple» avec ce projet qui vise notamment à supprimer le tirage au sort dans les filières en tension dès 2018 et réduire le taux d’échec en licence (61%): placer les étudiants «au centre» de l’orientation, avec pour «seule boussole» leur réussite.

Lire la suite…

Les députés votent des quotas de boursiers dans les filières sélectives

À l’occasion de l’examen du projet de loi réformant l’accès à l’université, les députés ont adopté un amendement pour favoriser la mixité sociale, notamment dans les classes préparatoires aux grandes écoles.

Demain, les filières sélectives de l’enseignement supérieur se verront-elles imposer un pourcentage minimal d’étudiants boursiers à accueillir ? C’est en tout cas ce que prévoit un amendement Nouvelle Gauche voté mercredi 13 décembre, à l’unanimité des quelque 60 députés présents, lors de l’examen du projet de loi « Orientation et Réussite des étudiants ».

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.