Benoît Hamon en déplacement à Saint-Etienne pour parler « sport »

Benoît Hamon était présent à Saint-Etienne ce mardi 11 avril pour une visite de terrain consacrée au sport-santé. Il était précédemment venu en juin dernier pour une conférence sur la souffrance au travail dans le cadre de son action pour la reconnaissance du « burn out » comme maladie professionnelle.

Dans un premier temps, une table ronde était organisée dans les locaux du club d’athlétisme Coquelicot 42 au stade de l’Etivallière, avec des Présidents de club proposant des activités orientées sport-santé (Coquelicot, ASPTT, Etoile de Montaud, Fédération départementale de Gymnastique Volontaire…), le Relais sport-santé, un médecin du sport… Les clubs sportifs ont pu témoigner de l’importance de ces programmes pour ramener vers l’activité physique des personnes qui en étaient très éloignées : personnes âgées, en surpoids, en rééducation… Ils ont également souligné le coût de ces programmes et le besoin d’un soutien des pouvoirs publics face à leur montée en puissance.

Ce temps d’échange a été l’occasion pour Benoît Hamon de rencontrer les acteurs associatifs exemplaires de notre territoire, engagés de longue date dans la démarche du « sport-santé-bien-être » et qui sont en avance sur la Loi, pour recueillir leurs demandes et aspirations de praticiens de terrain.

Ce déplacement consacré au sport a également été l’occasion pour le candidat de rendre public son programme présidentiel complet sur cette question majeure de société pour lui : lire

La plate-forme Sport-Santé Loire : PLASS 42

Cette plate-forme est une démarche de valorisation des clubs et associations qui proposent un accueil sportif adapté à de nouveaux pratiquants sédentaires quels que soient leur âge, leur niveau, leur forme, et permet de donner une visibilité des offres de Sport-Santé dans le département.

Depuis 2010, le réseau de santé DEDICAS est un dispositif départemental permettant d’inciter les personnes malades diabétiques, mais aussi souffrant de maladies chroniques (cardio-vasculaires, asthme, obésité…) à pratiquer une activité physique et à les accompagner en lien avec l’Agence Régionale de Santé et la Direction Départementale de la Cohésion Sociale.

Des programmes d’activités dont les initiateurs étaient présents à la réunion sont déclinés à l’initiative de Fédérations sportives :

  • Coach athlé santé : Fédération Française d’Athlétisme (Coquelicot 42)
  • Neurogy’v : Fédération Française de Gym Volontaire (Comité départemental et médecins du CHU de Saint-Etienne)
  • Atout’Form : Fédération Sportive et Culturelle de France (Étoile de Montaud)

Le Relais Sport Santé propose des séances de remise en activité physique territorialisées pour les publics éloignés de la pratique sportive pour une durée de 16 semaines (90 mn hebdomadaires) prises en charge financièrement par l’ARS sauf un forfait de 36€ correspondant à la licence sportive.

Les principales questions posées par ces acteurs avec la mise en place du décret Sport sur ordonnance depuis le 1er mars sont de deux ordres :

  • la place respective des différents acteurs du parcours de soins coordonnés prescrit par le médecin traitant aux patients ALD : professionnels de santé (kinésithérapeutes…), enseignants issus de la filière STAPS APA et bénévoles formés ou diplômés des clubs sportifs ;
  • le financement des activités physiques adaptées : quelles sont les pistes pérennes pour la prise en charge de ces patients qui constituent un nouveau public pour ces structures ?

Benoît Hamon veut faire de la France une « Nation Sportive » et faire battre le cœur des Français pour leur bien-être et leur santé.

1/ La lutte contre nos modes de vie sédentaires représente un impératif de santé publique. 

Les chiffres de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), publiés récemment, nous alertent sur les conséquences de la combinaison d’une alimentation trop riche, de la culture des écrans (4h/jour pour un élève en primaire, 3h pour les collégiens et lycéens) et de la diminution des activités physiques quotidiennes.

L’obésité touche 15 % de la population française. Un homme sur deux et une femme sur trois sont en situation de surpoids. Or, le surpoids et l’obésité offrent un terrain propice au développement des pathologies cardiovasculaires ou du diabète de type 2. Le coût des maladies chroniques dans notre pays est de 90 milliards d’euros par an, dont 20 milliards pour l’obésité.

La Fédération Française de Cardiologie nous alerte également : en 40 ans, la capacité physique des collégiens a diminué de 25%. Nos enfants courent moins et moins vite. Au début des années 70, un collégien courrait un 800m en 3 minutes, aujourd’hui ce temps moyen est de 4 minutes… 50% des collégiens ne font pas de sport en dehors de l’établissement scolaire.

Les Activités Physiques et Sportives sont un facteur de réussite scolaire, de lutte contre le décrochage, un vecteur de cohésion sociale favorisant l’engagement citoyen.

C’est pourquoi, il souhaite de la continuité dans les parcours sportifs de la maternelle à l’université, de la diversité dans l’offre d’Activités Physiques et Sportives et de la complémentarité entre les temps scolaires (EPS obligatoire), les temps volontaires (sport scolaire), les temps des Nouvelles Activités Périscolaires (initiation, découverte) et les temps extra-scolaires en club (perfectionnement, compétition).

Benoît Hamon a une conviction forte : une activité physique et sportive régulièrement pratiquée dès le plus jeune âge est la meilleure garantie que cette bonne habitude sera poursuivie tout au long de la vie au plus grand bénéfice de la santé publique et du vivre-ensemble.

Il propose la création de plusieurs milliers d’équipements sportifs légers de proximité dans et aux abords des écoles (aménagement des cours de récréation, salles d’évolution, pistes cyclables, plateaux sportifs multisports, fitness…), favorisant l’activité physique, les jeux et la mobilité douce, mais aussi un plan de rattrapage de ces équipements dans les universités et enfin de parvenir à l’acquisition du « savoir-nager » pour 100% d’une classe d’âge à l’entrée en 6ème.

2/ Le décret « sport sur ordonnance » issu de l’article 144 de la loi santé est entré en vigueur le 1er mars 2017.

Il représente un important progrès qui va entraîner une dynamique forte en faveur du sport – santé – bien-être en permettant dans un premier temps au médecin traitant de prescrire des activités physiques adaptées aux patients – potentiellement 11 millions- atteints d’affections de longue durée (diabète, cancer, maladies cardio-vasculaires…) dans le cadre d’un parcours de soins coordonnés et d’une équipe pluridisciplinaire (kinésithérapeutes, enseignant EPS APA, bénévoles dans les clubs sportifs).

-> Benoît Hamon propose le remboursement progressif par la Sécurité Sociale du « Sport – Santé – Bien-être sur ordonnance », pour les patients atteints d’une maladie chronique.

-> Il veut également favoriser les investissements des employeurs favorisant la pratique des activités physiques et sportives sur le lieu de travail pour leurs salariés (réduction du stress, de l’absentéisme, amélioration de la qualité de vie au travail…).

-> Il souhaite développer les activités physiques adaptées en direction des seniors en particulier dans les EPHAD (prévention des troubles du vieillissement, amélioration de l’espérance de vie en bonne santé) à l’image de ce que font d’ores et déjà des structures comme SIEL Bleu.

 3/ Paris est candidate à l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. 

Quel que soit le résultat du choix fait par le CIO en septembre 2017, en le souhaitant positif pour Paris, cette candidature est l’occasion de mettre en œuvre, durant sept ans dans notre pays, un grand plan de développement de la pratique d’activités physiques et sportives pour tous et à tous les âges de la vie.

Fin 2016, le Parlement a voté sous mon impulsion des ressources financières supplémentaires de 25 millions d’euros par an pour le Centre National pour le Développement du Sport (CNDS), dédiées à un « Fonds Héritage Sportif et Territorial Paris 2024 ».

Ce fonds permettra de financer des équipements de proximité et les initiatives des clubs amateurs sur l’ensemble du territoire, entre 2017 et 2024, à partir des taxes prélevées sur les mises de jeux de loterie, essentiellement la Française des Jeux.

Ces financements doivent accompagner les acteurs associatifs et sportifs de terrain dans des projets éducatifs avec les établissements scolaires ou en faveur du « Sport – Santé – Bien-être », les initiatives des Fédérations, Ligues, Comités et clubs qui s’adressent en particulier aux publics les plus éloignés de la pratique sportive : personnes en situation de handicap, seniors, personnes vulnérables…

> Dans la presse :

ENTRETIEN – Benoît Hamon, candidat à la Présidentielle, se confie sur France Bleu avant sa visite à Saint-Étienne

Le candidat socialiste sera ce mardi à Saint-Étienne (Loire) pour parler sport et santé. Même si campagne ne décolle pas, même si le second tour semble loin, Benoit Hamon assure vouloir se battre jusqu’au bout. Lire la suite…

 

Journal télévisé du 11 avril 2017 (extrait) :

Benoit Hamon à l’Etivallière et au musée des Verts ce mardi

Visite express de Benoit Hamon à Saint-Etienne ce mardi à la mi-journée. En 2h30 de temps, le candidat PS à la présidentielle a participé à une table ronde sur le sport santé au stade de l’Etivallière, dans les locaux du club d’athlétisme Coquelicot 42, auquel appartient son porte-parole, le député Régis Juanico. Lire la suite…

 

VIDEO: Benoît Hamon parle sport à Saint-Etienne

Ce mardi, avant son meeting à Villeurbanne, Benoît Hamon était Saint-Étienne pour parler sport et santé. Le candidat socialiste à la présidentielle en a aussi profité pour visiter le musée des Verts et… rater quelques pénaltys. Lire la suite…

 

VIDEO. Benoît Hamon, invité surprise de notre van #moiélecteur

Notre van #moiélecteur sillonne les routes de France depuis six semaines. A Saint-Etienne (Loire), nos journalistes sont tombés ce mardi sur… Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle. Lire la suite…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.