Régis Juanico

Député de La Loire

Revalorisation du prix du lait : un engagement fort du Gouvernement en soutien à la filière laitière

Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, avait confié au Médiateur des relations commerciales une mission concernant le prix d’achat du lait de vache aux producteurs, qui est depuis le début de l’année 2013 inférieur au prix du lait constaté sur le marché et ne permet plus aux producteurs de couvrir leurs charges.

La FDSEA Loire avait soulevé la nécessaire revalorisation du prix du lait lors de son entrevue avec le Président de l’Assemblée Nationale Claude Bartolone le 12 avril dernier à Saint-Etienne.

Le médiateur, soutenu par le Ministre et le Premier Ministre, a proposé une augmentation de 25 euros les milles litres du prix du lait payé aux producteurs pour la totalité du lait livré en 2013 et préconisé que cette hausse soit effective dès le mois d’avril.

Je me félicite que l’ensemble des acteurs de la filière laitière (l’organisation professionnelle des producteurs, les principaux industriels transformateurs et les enseignes de la grande distribution) se soient accordés sur la nécessité de prendre des mesures d’urgence exceptionnelles pour assurer la pérennité de la filière.

La proposition du Médiateur, qui s’articule autour de deux principes (une revalorisation rapide du prix payé au producteur et un partage équitable de l’effort financier correspondant entre les transformateurs et la distribution) a en effet été accueillie favorablement et saluée par de nombreux acteurs de la filière concernée.

Projet de Loi « Consommation » : des éléments de réforme des relations commerciales

Le Ministre Stéphane Le Foll l’avait annoncé lors du Conseil des Ministres du 6 mars alors qu’il présentait son plan d’action d’urgence pour l’élevage, le Projet de Loi « Consommation » présenté mercredi par Benoît Hamon en Conseil des Ministres contient bien des éléments de réforme de la LME vers une meilleure prise en compte des difficultés des éleveurs/producteurs dans les relations commerciales.

3 axes d’action sont évoqués :

–          La transparence et une réaffirmation de la base de négociation des conditions de vente ;

–          Un renforcement des sanctions ;

–          Une prise en compte de la volatilité des prix des matières premières agricoles pesant sur les coûts de production des producteurs dans les mécanismes de révision des contrats.

Régis JUANICO

Député de la Loire

Documents joints

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.