Régis Juanico

Député de la Loire

Question au Ministre de l’Agriculture sur la pérennité du Plan Européen d’Aide aux Démunis (PEAD)

« L’Europe sauve ses banques mais refuse d’aider ses pauvres » : plusieurs responsables d’associations se sont à nouveau mobilisés la semaine dernière pour sauver le PEAD.

Il ne reste plus que trois mois pour sauver l’aide alimentaire européenne. Avec la fin annoncée du programme européen aux démunis (PEAD), les associations caritatives risquent fort de perdre quelque 500 millions d’euros annuels qui leur permettent de distribuer des repas à 18 millions de personnes. Pour Julien Lauprêtre, président du Secours Populaire, cet abandon symbolise « l’odieux qui se mêle au ridicule. L’odieux d’une Europe où grandit le chacun pour soi. Le ridicule de ce que coûte le PEAD : 1 euro par an et par Européen, ce qui est dérisoire ».

En France, le PEAD représente en moyenne un tiers de l’aide alimentaire pour des organisations comme les Restos du Cœur, le Secours populaire ou la Croix Rouge. Le compromis obtenu par la France l’an dernier arrive à son terme et un nouveau programme doit être voté avant décembre 2012. Et sept pays, Allemagne en tête, renâclent manifestement.

Afin de sensibiliser l’opinion et de créer un véritable mouvement à l’échelle européenne, le collectif lance une campagne intitulée The Air Food Project. Le principe : se filmer en faisant semblant de manger dans des assiettes vides car, « dans quelques mois, 18 millions d’Européens, eux, ne feront pas semblant ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.