Changer la place du sport dans la société : colloque de l’APELS à Aubervilliers

En tant que parlementaire et en tant qu’administrateur de l’Agence pour l’Education par le Sport, j’ai participé mardi 6 mars à Aubervilliers à un colloque sur la place du sport dans la société. L’occasion pour l’Apels, en collaboration avec le journal, Le Monde de dévoiler les propositions issues de la consultation pour « changer la place du sport dans la société » : l’objectif étant de les présenter aux candidats à la présidentielle.

Résultats de la consultation nationale

« Changeons la place du sport dans la société »


À l’initiative de l’Agence pour l’Education par le Sport (APELS) et du journal Le Monde,

6 propositions seront soumises aux candidats aux élections présidentielles

 

Plus de 1000 votants (associations, collectivités, éducateurs, bénévoles,…) ont choisi 6 propositions pour changer la place du sport dans la société :

  • Placer l’école au centre des pratiques sportives éducatives et sociales et renforcer le sport dès la primaire
  • Constituer un fonds de dotation « Education par le sport »
  • Placer la santé publique au cœur des pratiques sportives dans les territoires
  • Mettre en place un projet d’éducation par le sport dans chaque fédération sportive ayant une délégation de service public
  • Promouvoir les bonnes pratiques de l’éducation par le sport
  • Constituer un corps de 5000 éducateurs-médiateurs, par recrutement ou labellisation, financé par l’Etat, les collectivités, le secteur privé ou le fonds de dotation

****************************

Placer l’école au centre des pratiques sportives éducatives et sociale et renforcer le sport dès le primaire, constituer un fonds de dotation « Education par le sport » , placer la santé publique au cœur des pratiques sportives dans les territoires : telles sont les propositions arrivées en tête de la consultation nationale lancée par l’Agence pour l’éducation par le sport (Apels) et Le Monde pour »changer la place du sport dans la société ».

Ces propositions et bien d’autres ont été rendues publiques mardi 6 mars à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) lors d’un débat qui a réuni l’entraîneur de l’équipe de France de handball, Claude Onesta, l’ancien footballeur international et fondateur du mouvement Tatane Vikash Dhorasoo, l’ancienne championne du monde de natation Roxana Maracineanou et l’ancien champion du monde de boxe Mayhar Monshipour, mais aussi le maire (PS)d’Aubervilliers, Jacques Salvator, le maire (Verts) de Sevran, Stéphane Gatignon, le sénateur (UMP) de Haute-Savoie Pierre Hérisson, le vice-président (PCF) de la région Ile-de-France Francis Parny ou la députée-maire (PS) de Rouen, Valérie Fourneyron, en charge du sport dans la campagne de François Hollande.

RENFORCER LA SOLIDARITÉ DU MONDE PROFESSIONNEL VERS LE MONDE AMATEUR Dans les prochains jours, ces propositions seront affinées et amendées afin d’être présentées aux principaux candidats à l’élection présidentielle. Ainsi, si l’ensemble des participants sont unanimes sur la nécessité de créer un fonds de dotation pour soutenir les projets d’éducation par le sport, l’idée de l’alimenter en créant une « taxe » sur les transferts des joueurs professionnels divise. « Il faut renforcer le système de solidarité du monde professionnel vers le monde amateur », estime Valérie Fourneyron, alors que François Hollande vient d’essuyer une violente réaction du football professionnel français après sa proposition de créer une tranche d’imposition à 75 % pour les revenus supérieurs à un million d’euros par an.

« Attention à ne pas séparer le sport amateur du sport professionnel, met en garde Claude Onesta. Mixité sociale, éducation,santé… le sport est censé régler tous les maux de la société et on n’affecte au ministère des sports que 0,16 % du budget de l’Etat. Comment le sport peut-il être aussi salvateur et aussi démuni à la fois ? » Pour le vice-président de la région Ile-de-France, Francis Parny, « le sport est abandonné par l’intervention publique ». « Quand vous supprimez des postes d’enseignants, comment voulez-vous développer le sport à l’école ?, demande le représentant du candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon. On clame partout qu’on veut une nation sportive et on ne consacre que 0,16 % à cette fonction. C’est insupportable. »

La représentante de François Hollande déplore un « mercato permanent avec cinq ministres en moins de cinq ans » et plaide pour le rattachement du sport à un « pôle éducatif ». C’est également l’avis de Vikash Dhorasoo, pour qui ce n’est pas seulement le sport qui doit être mis au centre de l’école mais l’école qui doit être au « centre de toutes les politiques ». Un débat qui perdurera après l’élection présidentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.