Point de presse de rentrée du PS Loire

Vendredi matin, la Fédération de la Loire du Parti Socialiste tenait son traditionnel point de presse de rentrée, qui fut l’occasion de revenir sur les sujets qui marquent l’actualité :

Visite de Nicolas Sarkozy dans la Loire

Ce déplacement est tout sauf une surprise. Il était d’ailleurs annoncé par vos confrères du Parisien le 23 juin dernier. Je pense que certains élus ou responsables de l’UMP qui désespéraient de cette venue doivent se dire : « ouf, enfin, il pense à nous ! »

Ce sera le 205e déplacement officiel dans les départements métropolitains depuis le début de son quinquennat en 2007, il ne restait que 8 départements que le Président n’avait pas encore visités. En quatre ans, les départements rhônalpins de Savoie et Haute-Savoie, pourtant moins peuplés, ont eu droit à respectivement à 4 et 10 visites.

C’est donc un déplacement tardif, in-extremis, qui montre tout l’intérêt que porte le Président à la Loire (!), alors que notre territoire ligérien, du fait de ses difficultés, a besoin plus que d’autres de l’aide et du soutien de l’Etat.

En revanche, ce qui constituerait une surprise, une faute même, car l’attente est forte et notre patience d’élus de la Loire a des limites, c’est que le Président de la République n’annonce pas mardi le lancement de l’appel d’offres sur la concession de l’A45, alors que son gouvernement a fait du surplace sur ce dossier vital depuis 4 ans.

Comme le veut la tradition républicaine, les trois parlementaires socialistes seront présents pour accueillir le Président mardi à Bouthéon. Les deux députés, Jean-Louis Gagnaire et moi-même, qui sont convoqués par le Président de la République à 15 heures pour la séance publique de la session extraordinaire à l’Assemblée Nationale ne pourront, de fait, suivre l’intégralité du déplacement.

Le thème de la visite, c’est les transports. Nous verrons si le Président est rattrapé par l’actualité, tout comme il l’a été ce matin par les salariés de Lactalis dans les Vosges, victimes d’un plan de licenciement, mais il me paraît évident que les routiers avec qui le Président déjeunera auront à cœur d’évoquer les problèmes d’emploi, de baisse de pouvoir d’achat et de salaires, ainsi que leurs conditions de travail, au nom de l’ensemble des salariés qui souffrent dans ce pays à l’heure actuelle.

Une rentrée placée sous le signe de l’austérité, de la montée du chômage, de la précarité et de la pauvreté pour les Français

Depuis 2008, la crise économique et sociale se poursuit et s’aggrave. Tous les indicateurs sont au rouge dans notre département avec 1800 emplois perdus en 2010, en particulier dans le secteur industriel qui est un atout majeur de la Loire. Seul l’intérim a progressé de 10% en 2010, synonyme de hausse de la précarité des contrats de travail qui sont de plus en plus courts. Au niveau national, nous enregistrons d’ailleurs le plus faible taux de CDI depuis 2003.

En un an, la France enregistre 76200 chômeurs de catégorie A en plus (+4,3%). 900 000 de plus depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. En un an, le progression est de 15% pour les seniors, de 16% pour les femmes de plus de 50 ans ; le chômage de longue durée entre 2 et 3 ans a progressé de +28% et celui de plus de trois ans de +20%.

La montée du chômage s’accompagne d’une hausse inquiétante de la pauvreté : selon les chiffres de l’INSEE pour 2009, 8,2 millions de personnes vivent en-dessous du seuil de pauvreté (14% de la population vit avec moins de 950 €/mois), chiffre en hausse par rapport à 2008 et le pire est sans doute à venir pour 2010. Cette forte poussée de la pauvreté nous est confirmée par les associations de solidarité au niveau local, qui sont en plus fragilisées par la baisse des subventions.

Cette situation va s’aggraver encore avec le plan d’austérité annoncé par le gouvernement. Ce plan injuste repose en grande partie sur l’ensemble des Français, les catégories moyennes comme les plus modestes. Le quotidien Libération a calculé le coût de ce plan d’austérité pour un ménage moyen : il est de 1000 € supplémentaires par an (taxes alcools, cigarettes, complémentaires santé, CSG, taxe sur les parcs à thèmes…).

La contribution de 200 millions d’euros demandée aux plus riches sur 11 Mds de mesures annoncées, est ridicule. C’est une véritable provocation alors que ces deniers ont bénéficié d’un cadeau de 1,8 Mds avec la réforme de l’ISF en juillet dernier. 50 Mds de niches fiscales sont identifiées comme improductives par un rapport de l’Inspection Générale des Finances et pourtant, il n’y a aucune remise en cause profonde du mécanisme de défiscalisation des heures supplémentaires, mécanisme qui coûte cher, qui est inefficace et contre-productif en terme d’emploi, comme cela a été démontré récemment par un rapport de l’Assemblée Nationale.

Je veux dénoncer les propos irresponsables et scandaleux de Bruno Le Maire qui, après Laurent Wauquiez qui avait stigmatisé les allocataires du RSA, propose de réduire le montant des allocations chômage, c’est-à-dire les seules ressources de ceux qui vivent ou plutôt survivent déjà avec très peu. Ces déclarations interviennent au moment où beaucoup de Français subissent une baisse de pouvoir d’achat : rentrée scolaire +7%, coût des études dans le supérieur +4%, etc.

Rentrée scolaire dans le département

C’est la pire rentrée scolaire depuis longtemps (-16 000 postes avec l’effet cumulatif de 66 000 postes supprimés depuis 4 ans), alors que le nombre d’enfants scolarisés augmente : cela se traduit par des classes surchargées, des difficultés de remplacement des profs absents, des conséquences sur la scolarisation des élèves les plus fragiles…

Dans la Loire, la majorité des postes supprimés sont des postes hors classe, ce qui aboutit à une dégradation de la qualité du service public de l’Education Nationale, avec des personnels administratifs en moins (conseillers pédagogiques départementaux), moins d’enseignants au sein des réseaux d’aides spécialisés (RASED), y compris dans les zones d’éducation prioritaires, et moins de personnels à disposition des élèves à besoin éducatif particulier, notamment en situation de handicap dans les Instituts Médico-Educatifs (IME) et les Centres Médico Psycho-Pédagogiques (CMPP).

Cette politique de « mise sous tension permanente » du système éducatif que le Ministre Chatel affaiblit méthodiquement, année après année, crée un malaise grave, en particulier dans le 1er degré qui dispose déjà de moins de moyens financiers et humains que la moyenne des pays de l’OCDE.

L’organisation des Primaires

Nous sommes prêts pour organiser dans de bonnes conditions dans la Loire le scrutin des 9 et 16 octobre. L’ensemble des listes électorales nous ont été remontées des 327 communes du département et nous avons prévu la mise en place de 90 bureaux de vote Primaires. Tous ceux qui le souhaitent pourront donc s’exprimer pour choisir le candidat à l’élection présidentielle, dans moins de 40 jours.

Les socialistes ligériens sont dans un état d’esprit offensif, ils sont mobilisés, face à un gouvernement dont la politique mérite un triple I : injustice, inefficacité, incantation. Nous sommes tournés vers les Français pour répondre à leurs difficultés et leurs préoccupations. Nous devons répondre pas simplement à un déficit des comptes publics ou budgétaire mais aussi à un triple déficit d’emploi, de croissance et de compétitivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.