Régis Juanico

Député de la Loire

Famine dans la corne de l’Afrique : la dignité des Hommes n’a pas de prix

Communiqué de Pouria AMIRSHAHI – Secrétaire National du Parti Socialiste

On ne peut que se féliciter que des premières mesures d’urgence aient été prises pour répondre à la situation catastrophique des populations de la Corne d’Afrique, le PS l’avait déjà réclamé le 19 juillet dernier.

Les 500 premiers millions débloqués restent néanmoins très insuffisants au regard des 1,2 milliards jugés nécessaires par la FAO. La communauté internationale, et les pays riches en particulier, doivent donc redoubler d’efforts pour stopper la machine infernale de la mort qui menace toujours près de 12 millions de personnes. Dés mercredi, la réunion des donateurs de Nairobi doit avancer en ce sens.

Les mesures d’urgences sont indispensables pour acheminer les vivres de premières nécessités et l’eau potable, mais aussi pour assurer la dignité de centaines de milliers de réfugiés de la faim.

Le Parti socialiste appelle à la mobilisation de toutes les nations et de tous les moyens disponibles au sein des institutions financières internationales pour engager au plus vite un grand programme de développement qui favorise les investissements dans l’agriculture maîtrisée par les populations, l’élevage pérenne et l’irrigation. Les terres cultivables des pays les plus pauvres doivent être destinées prioritairement aux cultures permettant d’assurer l’autosuffisance alimentaire des peuples.

Il est temps d’élaborer de nouveaux mécanismes de régulation internationale et de nouvelles règles pour les échanges commerciaux et la coopération avec les pays du Sud. Cette stratégie de développement implique que soient empêchés les accaparements de terres mises en œuvres par des multinationales, voire par d’autres États, qui privent les populations de leur souveraineté agricole.

La situation révoltante de la Corne d’Afrique est une source de graves déséquilibres sur lesquels prospèrent les pires obscurantismes dans la sous-région. Combattre le famine est un devoir moral mais aussi une nécessité politique car il n’y aura pas de sécurité durable, au Nord comme au Sud, s’il n’y a pas de développement partagé sur la planète.

Le PS a d’ailleurs récemment rappelé rappelle ses engagements pour que la France propose un nouveau modèle de développement, tourné vers le bien-être et permettant la paix (http://www.parti-socialiste.fr/document/les-propositions-adoptees-par-le-bureau-national-du-ps%20).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.