« Adieu Patrick ! » : hommage à Patrick Roy

Il est des semaines particulièrement tristes à l’Assemblée Nationale : en moins de deux jours, deux de nos collègues du groupe socialiste nous ont quitté emportés par le cancer : Patrick Roy, député du Nord et Françoise Olivier-Coupeau, députée du Morbihan.

Il est 6h43, mardi 3 mai quand j’ai reçu l’appel tant redouté depuis des semaines. Geneviève Roy, la femme de Patrick m’annonce sa mort quelques heures auparavant par ces mots : « Tu vas être destinataire d’une veste rouge ». Je m’y attendais, quelques jours auparavant, le 1er mai Geneviève me disait que Patrick « n’allait pas très bien », il était de nouveau hospitalisé depuis trois semaines, après trois mois de « mieux ».

Mercredi 8 décembre 2010, nous nous étions rendus, à sa demande, avec Jean Mallot, notre collègue député de l’Allier et Geneviève, à l’hôpital Georges Pompidou où il était soigné. Patrick pouvait à peine parler et marcher. Ce jour-là, il nous avait dit que les médecins ne lui laissaient plus que quelques jours à vivre. Dans sa chambre tapissé de photos de l’Assemblée, de groupes de Metal et de souvenirs de vacances avec son fils, il nous avait fait cette déclaration à Jean et moi : « j’ai trois vestes rouges, si je dois mourir, je veux que mon fils en reçoivent une, et vous aurez les deux autres ». Patrick était comme cela : il pensait d’abord aux autres, avant de se préoccuper de lui.

Déjeuner à l'Hôtel de Lassay lors du retour de Patrick Roy à l'Assemblée

Et puis, le « miracle » est intervenu. En quelques semaines, grâce à un nouveau traitement tenté par ses médecins, Patrick a repris des forces, au point de retourner deux fois à Denain devant ses administrés, de faire plusieurs apparitions médiatiques pour témoigner de sa maladie et aussi ce qu’il s’était promis à lui-même : revenir dans l’hémicycle parmi nous à la mi-mars…

Jusqu’au bout, sa femme aura été à ses côtés, faisant preuve d’un courage admirable, tout comme son fils Kevin, dont il était très proche. Patrick, nous le répétait, il ne craignait pas la mort qu’il savait inéluctable, mais il redoutait plus que tout de laisser seuls ses proches qu’il aimait tant.

Patrick Roy était mon voisin « turbulent », juste devant moi dans l’hémicycle. Il est né de cette proximité avec tous nos collègues qui l’entouraient au sommet des travées du groupe socialiste, une grande complicité et une amitié sincère.

Patrick n’était pas que la fameuse « veste »rouge », l’amateur passionné de Rock Metal, de basket ou la « grande gueule de l’Assemblée », cette voix grave et puissante d’ancien instituteur qui s’exprimait bruyamment pendant les questions d’actualité. Il était surtout l’un des députés les plus actifs et les plus assidus dans le travail parlementaire à l’Assemblée Nationale, présent en commission, comme en séance de nuit. Nouveau député, élu en 2007, j’ai beaucoup appris à ses côtés.

« Ch’tis », fier de son Nord natal, Patrick Roy était la simplicité, la gentillesse et la générosité incarnée. Ses administrés de Denain et de sa 19e circonscription du Nord le savent bien : il avait la main sur le coeur. Maire, d’une commune parmi les plus pauvres de France, il défendait les gens modestes et les milieux populaires avec conviction et passion.

« Face à la mort redoutée, il y a la vie espérée,…, la vie est belle !» avait-il déclaré, lors de son intervention à l’Assemblée le 15 mars dernier. Son retour parmi nous avait été un grand moment d’émotion mais aussi d’unité nationale, il avait su trouver les mots pour parler de sa maladie et du rôle primordial des proches dans les épreuves de la vie.

La place de Patrick Roy est désormais vide, l’hémicycle est orphelin de son silence. Notre groupe perd un formidable combattant de la justice sociale et de la solidarité.

Souvenons-nous de son intervention poignante en mars dernier à l’Assemblée Nationale : http://www.juanico.fr/2011/03/17/retour-de-patrick-roy-a-lassemblee-nationale/

2 commentaires

  1. par Otman El Harti - 6 mai 2011 à 1:31

    L’émotion est grande. Je partage ta tristesse bien que je ne le connaisse pas comme tu le connais. Que tu sois destinataire de l’une de ces vestes rouges est un symbole que tu sauras honorer. Il restera dans notre mémoire comme dans la mémoire collective du Parti et des idées qu’il aura toujours porté avec force et conviction.

  2. par Tourne Sylvain - 31 mai 2011 à 1:36

    Un profond respect pour ce député qui, à l’instar du « député en blouse » que fut Christophe Tivrier (député de l’Allier, premier député socialiste au monde), a su signifier à une assemblée somnolente, par justement sa tenue vestimentaire, qu’il ne fallait à aucun moment oublier son mandat, qu’o aucun moment il ne fallait oublier « la rue », les rock’n rollers et autres citoyens vivants. Je n’ai hélas pas eu la joie de connaître Patrick… Je suis profondément touché qu’il ait laissé l’une de ses fameuses vestes rouges à mon député local, Jean Mallot, qui avec émotion et magnificence, saura faire perdurer les idéaux chers à celui qui fut son ami, et un véritable représentant du peuple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.