Affaire Bettencourt : Eric Woerth doit s’expliquer

Eric Woerth, Ministre du Travail vole d’une tribune à une autre pour exiger des Français de se serrer toujours davantage la ceinture. Hier, Ministre du Budget, il a laissé à son successeur un déficit public de 150 milliards d’euros pour la seule année 2009.

C’est pendant cette période que son nom apparaît dans des conversations entre Madame Liliane Bettencourt, membre du top 10 des plus grandes fortunes mondiales, et ses conseillers.

Selon les propos rapportés par le site d’information en ligne Mediapart, que découvre-t-on ?  

  • L’existence d’une stratégie d’évasion fiscale pour soustraire à l’Etat l’impôt dû par Madame Bettencourt, alors même que Monsieur Woerth a toujours refusé d’abroger le bouclier fiscal.
  • Que cette stratégie serait inspirée par un cabinet où travaillait Madame Woerth au service direct de la fortune Bettencourt.
  • Que Madame Woerth y aurait travaillé à la demande de son époux, Ministre du Budget de l’époque et en charge de la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales.
  • Que Madame Bettencourt aurait consenti plusieurs dons à l’UMP dont le trésorier est… M. Woerth. Nous avions déjà pointé le risque de conflit d’intérêts entre cette fonction et celle de Ministre du Budget.

Nous demandons à Eric Woerth de s’expliquer sans délai et sans détour. Pour commencer il doit répondre à quelques questions simples :

N’y a-t-il pas conflit d’intérêt évident entre la mission du Ministre et les intérêts défendus par son épouse ?

Eric Woerth a-t-il rencontré les conseillers de Madame Bettencourt et leur a-t-il transmis des informations ?

Eric Woerth peut il confirmer si Madame Bettencourt est effectivement propriétaire de l’île d’Arros aux Seychelles ?

La cellule Tracfin a-t’elle été saisie d’informations sur des transactions financières suspectes destinées à soustraire à l’impôt, une partie des revenus perçus par Madame Bettencourt et le Ministre du Budget a-t-il été averti de l’existence d’un tel rapport ?

Nous attendons des réponses et pas des manœuvres dilatoires.

Olivier DUSSOPT, Député de l’Ardèche

Régis JUANICO, Député de la Loire

Christophe BOUILLON, Député de Seine Maritime

Hervé FERON, Député de Meurthe et Moselle

Un commentaire

  1. par Daudin - 24 juin 2010 à 15:46

    Merci monsieur le député, d’avoir ainsi sommé le ministre de s’expliquer clairement. N’étant pas de sensibilité UMP, je suis néanmoins agréablement surpris que ce soit des rangs de l’UMP, présentés généralement comme très dociles, que s’élèvent de telles protestations concernant cette tendance très actuelle à l’accommodement versus de “possibles” conflits d’intérêts, au sein même de nos hauts dirigeants.
    A quand une république où le parlement, lui-même exemplaire, aura le dernier mot sur ces pratiques? Il semble que cela ne se passera pas sous le “règne” du Président de la République actuel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.