Régis Juanico

Député de la Loire

Question au Gouvernement concernant la profanation de la Mosquée de Saint-Etienne

Monsieur Le Président,

Ma question s’adresse à M. le Premier Ministre. Je souhaite y associer mon collègue stéphanois Jean-Louis Gagnaire.

M. le Premier Ministre,

Aux côtés des nombreuses croix gammées peintes à la bombe, près d’une dizaine d’inscriptions racistes, xénophobes et islamophobes ont été découvertes hier matin sur les murs de la Grande mosquée dans le quartier du Soleil à Saint-Etienne.

Je peux en témoigner, ces actes inqualifiables ont provoqués sur place une immense émotion et une incompréhension totale. Ils ont profondément choqué la communauté musulmane qui voit son lieu de culte souillé, et plus largement tous les stéphanois, tant ce déferlement de haine se situe aux antipodes de nos valeurs Républicaines du « vivre ensemble ».

En raison de son passé minier et industriel, la ville de Saint-Etienne a toujours été un creuset, une terre d’accueil, de brassage et d’intégration pour des hommes et des femmes venus de loin, d’Europe de l’Est ou du Sud, comme du Maghreb. Notre territoire sait tout ce qu’il doit à ces hommes et ces femmes, quelles que soient leurs origines ou leurs croyances, venus à tour de rôle au cours de notre Histoire renforcer la main d’oeuvre économique et bâtir la richesse de notre pays.

La semaine dernière, notre collègue Armand Jung vous interpellait sur la profanation du cimetière israélite à Strasbourg. En tant qu’élus de la Nation, nous sommes bien placés pour constater la recrudescence des actes racistes, xénophobes et antisémites ces derniers mois. Depuis de longues semaines, vous avez, avec le débat sur l’identité nationale, entretenu un climat délétère dans notre pays, un climat propice aux dérapages, aux affrontements, à la stigmatisation de certaines catégories de la population.

Monsieur le Premier Ministre, devant la répétition de ces actes odieux, vous devez mettre un terme à ce climat de haine et de suspicion.

Monsieur le Premier Ministre, concernant les faits extrêmement graves survenus à la mosquée de Saint-Etienne, pouvez-vous nous assurer que tous sera entrepris pour retrouver les auteurs de ces actes ignobles et que ceux qui les ont commis une fois arrêtés seront sanctionnés avec la plus grande fermeté ?

M. le président. La parole est à M. Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales.

M. Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales. Comme chacun d’entre nous, monsieur le député, j’ai appris hier avec consternation la profanation de cette mosquée à Saint-Étienne. Je ne ferai d’ailleurs pas l’honneur à son auteur ou à ses auteurs de citer exactement les insultes et les injures qui ont été inscrites sur trois murs.

Dès que j’en ai pris connaissance, j’ai demandé au préfet de la Loire de se rendre immédiatement sur place afin de témoigner de la solidarité de l’État à l’égard de l’ensemble de la communauté musulmane.

Parallèlement, j’ai fait part très directement au président du Conseil français du culte musulman, M. Mohammed Moussaoui, de notre totale détermination à faire respecter à la fois la légalité et les valeurs républicaines.

Ces actes, aussi stupides que barbares, sont d’abord une insulte à l’égard des croyants, croyants musulmans, comme ce fut le cas hier, croyants de la communauté juive, comme ce fut le cas la semaine dernière à Strasbourg, où je me suis d’ailleurs rendu immédiatement, croyants catholiques, comme ce fut malheureusement le cas il y a quelques mois dans une commune du département du Nord, mais, au-delà des croyants, c’est la communauté nationale tout entière qui se trouve ainsi offensée.

Lorsqu’un culte est profané, lorsque des sépultures sont dégradées, lorsque des insultes sont proférées, ce sont la République et ses valeurs qui sont ainsi piétinées.

Quelles que soient les motivations, raisons idéologiques, haine raciste, comportement extrémiste, dérive satanique ou tout simplement désœuvrement imbécile, le ou les auteurs doivent savoir qu’ils seront inéluctablement identifiés, interpellés, déférés et sanctionnés, car la seule réponse possible, c’est la condamnation morale et la sanction pénale.

6 commentaires

  1. par Rashyda - 9 février 2010 à 19:34

    Régis,
    Le passage sur St Etienne, terre d’accueil de l’immigration est particulièrement explicite. Il reflète effectivement l’ambiance populaire et propice au vivre ensemble dans notre ville.
    Les propos qualifiés de « dérapages » tenus par certains de nos politiques, élus de la République favorisent ce climat délétère que tu décris parfaitement.
    L’association « La Journée Sans Immigrés : 24h sans nous ! » se retrouve dans ton analyse, notre manifeste s’oriente dans le même sens que tes valeurs et ce que tu défends.
    Nous déplorons tout autant cette généralisation et cette banalisation de ce racisme, de cette xénophobie, de cette islamophobie et cet antisémitisme recrudescents.
    Le 1er mars, ne consomme pas et ne va pas travailler ! Le 1er mars, c’est une journée, sans toi, sans moi, sans eux, sans nous !
    Rachida EL GHARRABI, membre du CA de LJSI

  2. par Nadia Nasser - 9 février 2010 à 19:48

    Monsieur le Député,

    Bravo et merci pour cette intervention à l’assemblée concernant la profanation de la mosquée de ST ETIENNE.
    Vous avez eu le courage de dénoncer le climat national devenu, via l’idendité nationale, plus que délétère comme vous le soulignez si bien !

    Avec toute ma sympathie.

    Nadia

  3. par Khedimellah - 9 février 2010 à 21:55

    Monsieur le Député,

    Au nom du collectif en référence, je souhaite vous féliciter pour votre intervention de ce jour quand aux faits trés graves qui se sont produits à St Etienne.

    Notre action vise prioritairement à signifier eux plus hautes instances de ce pays que chacun-e de nos concitoyen-ne, quelque soit son origine, sa couleur, sa religion ou ses appartenances sociales, ethniques laïques ou religieuses, réelles ou supposées, à droit à un égal respect dans sa dignité.

    L’immigration, dans ce débat national dérisoire sur l’identité nationale, est réduite à tous les maux sociaux : insécurité, clandestins, islam rédical, banlieues, chômage…alors que l’on sait l’apport considérable des fils, filles d’immigrés européens ou non européens à l’histoire, au patrimoine et au rayonnement de ce pays : de la contribution à l’effort des 2 guerres mondiales jusqu’aux porte drapeau d’une équipe de football diversifiée à la coupe du monde en 1998. Jusqu’où iront les dérapages des politiques et la stigmatisation des immigrés et de leurs déscendants ?

    Notre collectif appelle sollenellement tous les concitoyens, immigrés ou citoyens solidaires à une non participation à la consaommation le 1er Mars prochain. Ce jour là, ne travaillez pas, ne consommez pas

    Collectif 24h sans nous : la journée sans immigrés

  4. Ping : Islamophobie : question des socialistes au gouvernement » Article » PS Bondy

  5. par Guillaume - 10 février 2010 à 21:56

    Bravo Monsieur le Député de soutenir avec courage nos compatriotes musulmans.Saint-etienne est une terre de mélanges et le Soleil plus encore.
    J’apprécie beaucoup la construction politique de votre intervention. Le ministre de l’interieur dans le role du pompier-pyromane c’est accablant ! Les socialistes m’exaspèrent souvent mais comme beaucoup j’attends l’alternance pour la Liberté, l’egalité et la fraternité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.