Contribution climat-énergie: Ne pas pénaliser encore une fois les ménages !

Nous avons tous conscience de la réalité du danger pour les générations futures que représentent la destruction de notre écosystème et le réchauffement climatique. Face à cela, des mesures d’urgence doivent être prises pour passer au plus vite à une économie décarbonée et sobre en énergie.

Investissements dans les énergies renouvelables, politique industrielle ambitieuse, mais aussi une réflexion plus globale sur nos modes de consommation et de production agricoles et industriels sont les priorités que les socialistes demandent au Gouvernement de mettre en oeuvre au plus vite.

Michel Rocard a présenté un rapport sur la contribution climat énergie le 28 juillet 2009. Nous sommes particulièrement inquiets au vu des déclarations des différents ministres du Gouvernement suite à cette présentation.

Pour que cette contribution soit efficace et juste socialement, il est indispensable de prendre en compte la situation des ménages qui ne peuvent pas se passer de leur véhicule en raison de leur situation géographique. Les locataires ne doivent pas non plus payer pour des propriétaires qui refusent de mettre en oeuvre les aménagements permettant de ne pas gaspiller l’énergie. Le Parti Socialiste demande donc un droit opposable à l’efficacité énergétique.

Les recettes de cette contribution ne peuvent pas non plus se substituer à la taxe professionnelle comme le demandent déjà les lobbyes industriels et économiques. Ce serait faire payer directement aux ménages les cadeaux fiscaux que le Gouvernement a choisi de faire aux plus riches et aux entreprises. Cette contribution ne peux pas non plus combler les déficits de l’Etat creusés par les choix clientélistes de la majorité (baisse de la TVA pour l’hôtellerie-restauration, paquet fiscal etc…).
L’unique objectif de cette contribution doit porter sur les énergies fossiles, et inclure également une modulation des tarifs de l’électricité, afin d’inciter à une baisse globale de la consommation d’énergie, pour tenir compte des coûts de construction et de démantèlement des centrales nucléaires, ainsi que des risques écologiques.

Ces conditions sont indispensables pour faire de cette contribution climat énergie un outil efficace à la lutte contre le réchauffement climatique et les émissions de gaz carbonique sans pour autant pénaliser les ménages français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.