Retour de la police de proximité : 6 années de perdues !

48fcb86389df45c9b9a1826e62bcdc14.jpgTout le monde s’en souvient. En 2002, le Ministre de l’Intérieur de l’époque, actuel Président de la République avait brutalement mis fin à la Police de proximité à Toulouse devant son concepteur, Jean-Pierre Havrin. Plus récemment, le 3 décembre dernier, son Premier Ministre, en visite au Commissariat de la rue Barrouin à Saint-Etienne avait jugé « sans fondement » le débat sur le nécessaire retour de la Police de proximité, ajoutant que la police n’a pas « vocation à faire de l’assistance sociale dans les quartiers difficiles. La Ministre de l’Intérieur a surenchéri en affirmant quant à elle  » que la police devait exercer son véritable métier plutôt que de faire du sport avec les jeunes ».

Confrontée à une insécurité toujours préoccupante la même Ministre de l’Intérieur a annoncé la mise en place de sa police « territorialisée » afin de remettre les agents du service public de la sécurité au plus près du terrain et des besoins des habitants. C’est mon collègue, élu de Seine-Saint-Denis, Bruno Le Roux qui a pointé hier ce paradoxe lors de la séance des questions au Gouvernement. 

« Ma question s’adresse à Mme la ministre de l’intérieur qui, hier enfin, a reconnu l’évidence : le service public de sécurité doit être assuré au plus près du terrain, au cœur des quartiers, par une police de proximité – ce que vous appelez une police « territorialisée ». Quelle découverte ! Alors que les citoyens habitant nos quartiers sont inquiets et les policiers excédés par leurs conditions de travail, vous semblez enfin réagir. Mais cinq années ont été perdues, cinq années pendant lesquelles Nicolas Sarkozy, par idéologie et démagogie, a détruit une organisation qui avait permis le déploiement, sur tout le territoire, d’une police de proximité et d’investigation, cinq années pendant lesquelles les locaux de la police de proximité ont été fermés, cinq années de recul des moyens là où ils étaient le plus nécessaires !

Après avoir caricaturé l’action de la police et le travail des policiers dans ces quartiers (Même mouvement), désorganisé la sécurité publique, distendu les liens entre la police et la population, vous en revenez enfin à la seule politique efficace, une police présente au cœur des quartiers, connue, reconnue et disposant de véritables moyens de sécurisation et d’investigation – autrement dit, l’organisation que nous avions décidée et appliquée entre 1997 et 2002 et qui était tout autre chose qu’une police « sociale » comme on l’a entendu dire !

En 2002, plus de la moitié du territoire avait une police de proximité et les effectifs étaient accrus de 8 % dans les communes qui en avaient le plus besoin ; aujourd’hui, le travail de destruction de Nicolas Sarkozy accompli, vous proposez en tout et pour tout une expérience dans trois villes de Seine-Saint-Denis ! Tant mieux pour elles, mais tant pis pour les autres ! Le temps n’est plus aux expériences, elles ont été faites et ont réussi ; le temps est à l’action ! Madame la ministre, quels moyens allez-vous enfin affecter à la police de proximité pour la généraliser ? »

Les commentaires sont fermés pour cet article