Régis Juanico

Député de la Loire

Laporte, ministre des sports

d32870b470f97bd308b7a258ccb1731e.jpgQuatre mois. Quatre mois après sa nomination officielle, le mouvement sportif a enfin un Ministre en fonction. A quelques semaines d’une année olympique décisive pour notre pays, il était temps !

Les doutes ne sont pas dissipés pour autant. 

Nommé secrétaire d’Etat chargé des Sports et de la jeunesse le 17 juin dernier, Bernard Laporte a finalement vu réduit ses attributions par le Président de la République au seul domaine du sport… La confusion règne au sein de la mêlée gouvernementale. Suite aux déclarations quelque peu désinvolte sur son « nouveau métier » (« j’ai un nouveau métier, s’il me plaît, je resterai, s’il ne plaît pas je ne le ferai plus… »), Bernard Laporte s’est fait renvoyer fermement dans ses 22 mètres par Roselyne Bachelot, son ministre de tutelle qui a déclaré : « Le Ministre des Sports, c’est moi-même… » !

Enfin, loin du sport « business » qu’incarne Bernard Laporte (17 contrats publicitaires jusqu’en octobre, actionnaire dans une vingtaine de sociétés, casinos, restaurants, campings…), des millions de bénévoles qui s’adonnent chaque semaine à leur sport favori, attendent de leur nouveau Ministre qu’il soit irréprochable et exemplaire. Ils ont été légitimement choqués par les révélations de l’Equipe Magazine sur l’étendue de l’enquête fiscale qui vise les affaires de Bernard Laporte et par la plainte déposée au pénal pour « tentative d’extorsion de capital ».

Ces millions de bénévoles veulent des explications, Monsieur le Ministre, ne bottez pas en touche. 

Les commentaires sont fermés pour cet article