Régis Juanico

Député de la Loire

Contribution

medium_camus.jpg » On parle beaucoup d’ordre en ce moment (…)
Le résultat, c’est qu’on ne peut invoquer la nécessité de l’ordre pour imposer ses volontés. Car on prend ainsi le problème à l’envers. Il ne faut pas seulement exiger l’ordre pour bien gouverner, il faut bien gouverner pour réaliser le seul ordre qui ait du sens.
Ce n’est pas l’ordre qui renforce la justice, c’est la justice qui donne sa certitude à l’ordre.
(…)
Nous croyons ainsi qu’il est un ordre dont nous ne voulons pas parce qu’il consacrerait notre démission et la fin de l’espoir humain.

C’est pourquoi, si profondément décidés que nous soyons à aider la fondation d’un ordre enfin juste, il faut savoir aussi que nous sommes déterminés à rejeter pour toujours la célèbre phrase d’un faux grand homme et à déclarer que nous préfèrerons éternellement le désordre à l’injustice. »

extrait d’un article d’Albert CAMUS, paru dans « Combat » le 12 octobre 1944, repris dans le recueil « Actuelles » (Gallimard).

Les commentaires sont fermés pour cet article