Enseignement supérieur et recherche : mes questions à la ministre sur les coupes budgétaires et l’échec en 1er cycle

La ministre de l’Enseignement supérieur était auditionnée pour la première fois par la commission des affaires culturelles et de l’éducation (CAE) mardi 19 juillet. J’ai souhaité lui poser deux questions à cette occasion :

La première sur les questions budgétaires. Le Président de la République avait annoncé une sanctuarisation des crédits de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation pendant la campagne électorale. Il avait ajouté qu’il voulait une position claire sur le plan quinquennal qui mette fin à la politique de régulations annuelles et au rabot. 2017 : 330 millions d’euros de coupe budgétaire. Si on enlève les 135 millions de mise en réserve supplémentaire, c’est 200 millions de coupe budgétaire, soit l’équivalent de 5 500 enseignants-chercheurs en termes de salaire annuel. Mais le plus grave c’est pour 2018, et c’est là que se trouvent les inquiétudes car il va falloir trouver 1,2 milliard supplémentaire par rapport aux 27 milliards d’euros de budget. Pouvez-vous nous dire si vous avez obtenu pour 2018 des engagements et des assurances.

Ma deuxième question portait sur l’échec en premier cycle universitaire qui devrait être une chantier prioritaire, dans le prolongement de l’action menée lors du précédent mandat sur le décrochage scolaire.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.